PSE Annual report 2009-10 (in French)


Download PSE Annual report 2009-10 (in french)
(50 pages in pdf, printable version, 10 Mo)


Editorial de François Bourguignon


Après trois ans de mise au point, de réglage de sa voilure, d’étude de sa course, PSE-Ecole d’économie de Paris est sortie du port et a maintenant abordé la haute mer. Sous les mains sûres de son équipage, elle vogue à présent vers les grands espaces. L’année 2009-2010 a vu en effet certains efforts entrepris dès le lancement de PSE commencer de porter leurs fruits. L’activité académique continue de croître. L’attractivité de ses programmes d’enseignement et de son environnement de recherche commence d’opérer sur les étudiants et les chercheurs. Un nombre croissant d’entreprises et institutions françaises apportent leur soutien à ses projets de recherche.

L’activité académique de PSE-Ecole d’économie de Paris ressemble de plus en plus à celle d’une ruche. Plus d’une bonne centaine d’articles publiés par an dans les revues scientifiques internationales, un nombre équivalent de pages dans des ouvrages individuels ou collectifs, plus de trois cents sessions de séminaires de recherche, des conférences internationales de haut niveau, des invités prestigieux. Il fait peu de doutes qu’une telle activité tient pour une large part au contexte général et aux facilités croissantes qu’offre PSE.

L’attractivité de la fondation se traduit par une augmentation du nombre de candidats aux trois programmes de master ainsi qu’à son programme doctoral. Avec un nombre d’admis qui varie peu, ceci implique une plus grande sélectivité. La qualité croissante des étudiants, le niveau des chercheurs et son environnement de recherche font que PSE peut attirer parmi les meilleurs chercheurs en France et dans le monde. Au cours de l’année qui vient de s’écouler, des recrutements de haut niveau ont été effectués qui étaient peu envisageables il y a quelques années - et le seraient toujours dans un cadre autre que celui de la fondation et de ses liens avec ses établissements fondateurs. Qui plus est, plusieurs de ces recrutements ont permis de rapatrier ou d’“impatrier”, selon leur nationalité, plusieurs chercheurs de talent en Europe, aux Etats-Unis et même en Russie. On sait qu’il s’agit là de l’une des missions fixées à PSE. Un autre signe de la reconnaissance de la qualité de l’enseignement et de la recherche est la moisson de prix et de médailles de ses étudiants, anciens étudiants et chercheurs.

La meilleure incitation à renforcer nos efforts d’attractivité est peut-être la médaille Clark, récompensant chaque année aux Etats-Unis l’économiste de moins de 40 ans le plus prometteur, qui a été décernée cette année à Esther Duflo, une ancienne du DEA du Delta, l’un des ancêtres de PSE, après avoir été remise à Emmanuel Saez, un autre ancien du Delta, l’année précédente. Il faut évidemment se réjouir que ces anciens étudiants connaissent des carrières aussi brillantes et qu’ils aient tous les deux des liens étroits avec PSE. Ce serait encore mieux s’ils y étaient complètement insérés. Cela doit être notre objectif de long terme que de développer la force d’attraction nécessaire à ce résultat.

Après des débuts hésitants, les rapports de la fondation avec le monde de l’entreprise et certaines administrations économiques se sont considérablement renforcés au cours de l’année écoulée. L’un des instruments de ce rapprochement a été la création de G-MonD, qui regroupe sous un même label les chercheurs de PSE dont l’intérêt porte sur toutes les dimensions de l’économie mondialisée, qu’il s’agisse des fluctuations de l’économie internationale ou celles des grandes économies développées ou émergentes, de la croissance mondiale et sa structure par pays et par groupes sociaux ou niveaux de revenu au sein des pays, des mouvements internationaux de biens, de services et de facteurs, ou encore de la question cruciale de la soutenabilité de la croissance. L’ambition de G-MonD est de jouer en même temps le rôle d’un think-tank en publiant des notes de synthèse et de réflexion sur les grands sujets du moment destinés à un large public ainsi que d’offrir aux entreprises les interlocuteurs dont elles ont besoin pour déchiffrer les énigmes et anticiper les conséquences de la mondialisation. Plusieurs entreprises ont déjà apporté leur soutien à cette initiative, soit sous la forme d’engagements pluriannuels soit sous la forme de conventions. On compte déjà parmi elles Air France et la société Boussard et Gavaudan, en plus de l’Agence Française de Développement. Plusieurs autres devraient les rejoindre dans l’année qui vient. Des chaires participant de la même finalité ont également été créées sur des thématiques plus spécialisées. Ainsi, la Chaire Banque de France sur les questions de macroéconomie financière et monétaire internationale a été inaugurée au début de l’année 2010 par une conférence prestigieuse organisée, avec le Fonds Monétaire International, sur les mécanismes de transmission internationale de la crise de 2008-09.

Tels sont les éléments qui ont marqué l’action de PSE au cours de l’année écoulée et qui font l’objet de ce rapport. Ils décrivent une Ecole d’économie de Paris maintenant toutes voiles dehors sur la route d’excellence qu’elle s’est tracée.

François Bourguignon
Directeur de PSE-Ecole d’économie de Paris


Download the PSE Annual report 2009-10 (in French)
50 pages, printable version in French - 10 Mo
> Introduction by François Bourguignon
> 2009-2010 Key facts
> Part 1. TEACHING AND STUDENTS
> Part 2. RESEARCH
> Part 3. LIFE OF THE FOUNDATION