Croissance économique et déforestation : le cas de l’Himalaya

Lien court vers cet article : http://bit.ly/2nrtg3A

Jean-Marie Baland, François Libois et Dilip Mookherjee

JPEG - 77.4 ko

A l’approche du 21 mars, journée internationale des forêts instaurée par les Nations Unies, la question des liens entre croissance économique et dégradation de l’environnement se pose une nouvelle fois de façon cruciale. Avec la sortie de la pauvreté de millions de personnes habitant les contreforts de l’Himalaya, doit-on s’attendre à la disparition des forêts les recouvrant ? Comment comprendre les menaces pesant sur les écosystèmes forestiers et améliorer leur gestion, dans un contexte où les bénéfices liés aux forêts sont locaux (sous la forme de revenu pour les populations avoisinantes), régionaux (comme dans la réduction de l’érosion et donc de la sédimentation dans le bassin du Gange) et mondiaux (dans la perspective du changement climatique) ? Quelles sont les lueurs d’espoir, voire les pistes de solutions pour préserver ce poumon vert entre Inde et Chine, mais aussi ailleurs dans le monde.

Dans cet article, Jean-Marie Baland, François Libois et Dilip Mookherjee s’intéressent à une des causes majeures de la déforestation dans de nombreux pays en développement : la collecte de bois de feu par les ménages. Ils analysent la relation entre couvert forestier dans l’Himalaya népalais et croissance économique en zone rurale, autour de trois axes. Premièrement, les auteurs combinent de l’imagerie satellitaire et des enquêtes de ménage pour montrer que la collecte de bois de feu utilisé est fortement associée à la dégradation du couvert forestier dans l’Himalaya népalais. Deuxièmement, ils montrent que la forte hausse des revenus – et la réduction du taux de pauvreté de plus de 40% - entre 1995 et 2010 est positivement corrélée à la collecte de bois de feu, et donc à la dégradation des forêts. Cet effet rend toutefois très mal compte de l’évolution effective du couvert forestier puisque ce dernier a plutôt eu tendance à se stabiliser sur la période, voire à progresser légèrement. L’article met donc en lumière l’importance d’analyser la nature de la croissance et son effet sur la structure d’occupation des ménages. Si la croissance du revenu vient d’une intensification des activités agricoles traditionnelles, dont l’élevage, alors elle réduit le couvert forestier. Au contraire, si la croissance du revenu provient d’une modification de la structure occupationnelle, par la réduction du temps passé dans l’agriculture, le développement d’activités économiques non-agricoles, requérant notamment plus d’éducation formelle, alors on peut s’attendre à une réduction de la pression sur les forêts. Dans ce cas de figure, les besoins énergétiques sont davantage couverts par des carburants moins liés aux forêts comme le GPL, le kérosène, le fuel et le biogaz. Dans un troisième temps, les auteurs montrent qu’en l’absence de régulation, rien ne ralentira la dégradation de la forêt. On pourrait penser que, le temps de collecte augmentant – et donc le coût implicite du bois de chauffe, les ménages réduiront leur consommation de bois, laissant à la forêt le temps de se régénérer. En réalité, il n’y a pas de mécanisme d’ajustement automatique entre temps de collecte et condition de la forêt. Au Népal, la consommation de bois est peu sensible à son prix implicite (ie au temps qu’elle nécessite). Les auteurs portent donc un double message sur le lien entre pauvreté et environnement. Plus que la croissance économique, c’est sa nature et son lien aux habitudes comportementales des ménages qui importent pour comprendre le lien entre sortie de la pauvreté et impact direct des ménages ruraux sur leur environnement. Par ailleurs, même dans un contexte de croissance, l’avenir des forêts de l’Himalaya ne peut s’envisager dans une dynamique locale et dérégulée puisque les mécanismes de stabilisation automatique du couvert forestier sont trop faibles. Le Népal a ainsi mis en place un programme massif de sources d’énergie alternative, au premier rang desquelles la bio-méthanisation ainsi que l’un des projets les plus vastes de décentralisation de la gestion forestière du gouvernement central vers les communautés villageoises (1).

(1) Ces programmes sont actuellement évalués par Jean-Marie Baland, François Libois et Subhrendu Pattanayak et feront l’objet d’une publication fin 2017 - début 2018

......................
Titre original de l’article académique : Forest degradation and economic growth in Nepal 2003-2010
Publié dans :
Téléchargement :http://people.bu.edu/dilipm/wkpap/Firewood_nepal_may16.pdf
© delbars - Fotolia.com