Projets collaboratifs

Ces six projets collaboratifs PSE actuels sont présentés par ordre alphabétique.


Appariements et Interactions Dynamiques : théorie et expériences

Trois chercheurs sont impliqués dans ce projet financé par l’ANR (DynaMITE, 2014-2018). Trois sous-projets sont menés :
> Dynamatch, dédié à l’étude des questions d’appariements dynamiques. Plus précisément, sont analysés : les modèles d’affectation multi-cycles avec une phase initiale dite « courtship », l’appariement de logements sociaux à une liste de demandeurs, et les postes occupés au lycée et à l’université par différentes générations d’enseignants. Motivé par des applications concrètes aux mécanismes et designs de marchés, ce projet implique un dialogue avec les professionnels des secteurs du logement et des algorithmes enseignants.
> Dynavote s’intéresse aux modèles de vote dynamiques, et plus spécifiquement à la construction des règles électorales (plusieurs tours) en continue dans le temps, et aux modèles optimum de répartition et d’effet d’expérience des votants élection après élection.
> Dynanet se focalise sur la formation dynamique des réseaux, avec des applications dans les réseaux d’influence et d’innovation. Par ailleurs, des modèles dynamiques de formation de coalition et d’allocation dans le cadre de jeux coopératifs seront étudiés. Comme des comportements dits « sophistiqués » sont concernés, les chercheurs prévoient de tester leurs hypothèses théoriques lors d’expérimentations en laboratoire SES, notamment sur les choix scolaires, les votes et la formation de réseaux.

  • Responsable scientifique : Francis Bloch

Big data et politiques publiques

Ce projet veut encourager une collaboration avec d’autres chercheurs franciliens (CREST en particulier) autour de l’utilisation qui pourrait être faite des données massives dans le domaine de la politique publique. Dans un premier temps, un groupe de travail hebdomadaire permettra de cerner les attentes des participants et explorer les pistes de développement possible du domaine.

  • Responsable scientifique : Philipp Ketz

Economie normative : Ethique, normes sociales, comportements individuels et choix collectifs

L’objectif de ce projet collaboratif est de développer la recherche en économie normative en prenant mieux en compte des aspects pertinents des comportements et choix individuels et en discutant comment les normes sociales peuvent et doivent être prises en compte dans les décisions collectives. Ce projet, résolument interdisciplinaire, se situe à l’interface entre économie, sciences du comportement, sciences politiques et philosophie et s’attachera à développer les interactions entre ces disciplines.

  • Responsables scientifiques : Franz Dietrich, Jean-François Laslier, Grégory Ponthière, Stéphane Zuber

Groupe de travail François Simiand sur l’histoire économique et sociale

Au sein du Centre François Simiand, ce projet fédère autour de PSE un groupe de chercheurs parisiens (Banque de France, EHESS, ENS) en histoire économique et sociale.

  • Responsables scientifiques : Jérôme Bourdieu et Thomas Piketty

Approches comportementales des interactions stratégiques et sociales

Ce projet collaboratif vise à développer les approches comportementales de la décision stratégique. Les travaux développés dans ce cadre allient les méthodes de l’analyse théorique traditionnelle et de l’économie expérimentale aux outils d’analyse issus de la psychologie. Sur le plan institutionnel, ce projet vise à encourager les collaborations entre le groupe d’économie comportementale nouvellement créé au sein de PjSE et le groupe d’économie expérimentale du CES

  • Responsables scientifiques : Nicolas Jacquemet et Jean-François Laslier

Mondialisation et inégalités

Ce projet est dans la continuité de la collaboration des chercheurs de PjSE, du CES et de leurs partenaires autour des thématiques mondialisation et d’inégalités, collaboration que PSE souhaite encourager. Le projet porte sur le lien entre mondialisation et inégalités. La première partie de ce projet s’intéresse aux inégalités sur le marché du travail et leurs liens avec la mondialisation ; la deuxième partie étudie l’influence potentielle des organisations non gouvernementales (ONG) sur les inégalités via leur impact sur la gouvernance de l’activité internationale. Enfin, la dernière partie du projet analyse les conséquences de la mondialisation sur la distribution des revenus dans les pays en développement.

  • Responsable scientifique : Anne-Celia Disdier