Paris School of Economics - École d'Économie de Paris

La science économique au service de la société

Une inclusion active dans la société

JPEG - 28 ko

Forte de la culture de l’engagement citoyen de nombre de ses membres, l’Ecole d’économie de Paris a d’emblée affirmé sa volonté de placer la « science économique au service de la société ». Cette mission a notamment déterminé la mise en place de collaborations multiples et la création de l’Institut des politiques publiques. Ainsi, la fondation informe et interpelle l’ensemble des citoyens, autour de la parole et du travail du chercheur impliqué dans la vie de la cité.

Démultiplication des collaborations

La fondation s’est employée à encourager et à faciliter les collaborations entre les chercheurs et différents acteurs de la sphère économique et sociale - entreprises, ministères, institutions, fédérations… Elles se sont ainsi multipliées et largement diversifiées. Chaires ou partenariats de recherche (cf. partie 5), contrats d’expertise - études ou évaluations, collaborations européennes ou internationales : entre 40 et 50 accords de partenariat sont aujourd’hui signés chaque année, quand les parties constitutives de PSE en comptaient une quinzaine auparavant.

« PSE, c’est le défi chaque jour renouvelé de confronter les théories aux faits, de mieux comprendre pour mieux proposer d’agir. Tout cela au sein d’une institution ouverte où les projets des uns alimentent et répondent à ceux des autres » - Colin Majean (PPD 2010)

Le volet « expertise » est particulièrement saillant. Depuis 2006, près de 150 contrats représentant un total de 15,4 millions d’euros, ont été signées avec plus de 75 entités, telles que : Banque Mondiale, CNAM, Cour des comptes, Critéo, Danone Ecosystème, DJEPVA, FAO, Finance Watch, Fondation L’Oréal, Grand Lyon, Interamerican Development Bank, Mars, Ministère de la Santé, SCOR, Unicef, Veolia … Généralement pluriannuels, ces projets concernent le plus souvent un pays spécifique - France, Inde, Nigéria, Haïti…, et 10 % environ examinent des zones plus vastes comme l’Europe ou l’Afrique Sub-saharienne.

PNG - 100 ko


Plusieurs études de chercheurs de PSE ont émergé dans le débat public durant la décennie écoulée, par exemple :

Création de l’Institut des politiques publiques

PNG - 5 ko

Créé ex nihilo en 2011 par PSE et développé en partenariat avec le GENES, l’Institut des politiques publiques (IPP) vise à promouvoir l’analyse et l’évaluation quantitatives des politiques publiques. Sous la direction d’Antoine Bozio, il s’appuie pour cela sur les méthodes les plus récentes de la recherche en économie. En produisant de nombreuses études et en les rendant accessibles par des notes de synthèse destinées à un public large, l’institut fait le lien entre la recherche et les « consommateurs » de savoirs économiques.
Plusieurs projets menés par l’IPP ont rencontré un large écho, notamment : L’évolution du coût de l’intermédiation financière en Europe depuis 1951 ; Une proposition de réforme des retraites intégrant les droits familiaux ; Une évaluation du coût du redoublement en France ; Une proposition de réforme des aides personnelles au logement ; La mise en lumière de l’impact des médias sur les décisions de justice.
Par ailleurs, depuis 2014, l’IPP s’est donné pour mission de rassembler et de proposer en accès ouvert l’ensemble de la législation des politiques publiques en France afin d’en faciliter l’évaluation, l’analyse et la diffusion. Ces Barèmes IPP constituent des sources harmonisées, diverses et précises, jamais à ce jour rassemblées de façon aussi cohérente.

Promotion d’une économie pour tous

« Parfois, les chercheurs ne regardent pas beaucoup en dehors du milieu universitaire et de la recherche. A PSE, c’est différent [...] et je pense que cette démarche est fondamentale pour tout bon économiste dans ou en dehors du monde universitaire » - Andrea Garnero (PPD 2010, PhD 2015)

JPEG - 25.2 ko

La quasi-totalité des articles académiques et des rapports de recherche est disponible sur ou via le site de la fondation. Pour autant, cela ne signifie pas que les citoyens y accèdent effectivement. Progressivement, puis de façon plus intense depuis 2015, PSE a développé plusieurs activités sous l’intitulé « économie pour tous » :

  • près de 35 conférences, gratuites, ouvertes à tous et disponibles en replay, ont été organisées afin d’accueillir des personnalités économiques de premier plan : Emmanuel Saez sur la mobilité sociale (2009 et 2014), Pascal Lamy sur le commerce international (2010), Joseph Stiglitz sur croissance et crises (2012), Esther Duflo sur les questions de pauvreté (2011 et 2012), Daniel Kahneman sur économie et psychologie (2012), Rachel Kranton sur l’identité et les réseaux (2012), Philippe Aghion sur les innovations (2012), Pierre Moscovici sur l’Europe et les dettes (2015), Branko Milanovic sur les inégalités (2016), Kaushik Basu sur le développement (2016), Angus Deaton sur les évaluations randomisées (2016)… pour ne citer qu’eux.
  • à travers divers supports de communication, les avancées de la réflexion économique, même la plus complexe, sont présentées au plus grand nombre. Ainsi, la rubrique « 5 articles… en 5 minutes ! » est publiée chaque mois depuis 2013, avec des résumés clairs et concis d’articles académiques récents, ne nécessitant aucun pré requis de formation ou de connaissances en économie.
  • Comment suivre ces actualités grand public ? Directement sur le site de la fondation, rubrique « économie pour tous », en s’inscrivant à la liste de diffusion dédiée, ou en suivant PSE sur les principaux réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Linkedin et Youtube.