Paris School of Economics - École d'Économie de Paris

La science économique au service de la société

La conquête des centres-villes par les bobos : éléments d’analyse politico-économique

Lien court vers cet article : http://bit.ly/1Kd6WEi

Gilles Saint-Paul

JPEG - 96.1 ko

Les avancées de la gauche aux municipales de 2001 ont été interprétées comme le signe de l’accession au pouvoir politique d’une nouvelle forme de bourgeoisie : les bobos, « bourgeois bohèmes ». Ceux-ci se caractérisent par un mode de vie et des préférences politiques différentes de celles des cadres des générations précédentes. Bien que le concept de bobo ne soit pas précisément défini, il est associé à des opinions politiques marquées à gauche, un rejet des codes sociaux traditionnels de la classe dirigeante (automobile, hi-fi, formalisme vestimentaire, pratique religieuse…), un goût marqué pour l’écologie et une volonté de réinventer la ville afin d’y promouvoir la convivialité et l’échelle humaine. Sur le plan des politiques urbaines, la chasse aux automobilistes assumée et la promotion des transports collectifs et de l’usage de la bicyclette jouent un rôle prépondérant. Ces évolutions reflètent-elles simplement une mode, une évolution des préférences qui ne serait explicable que par des tendances sociétales ou bien l’analyse économique peut-elle les éclairer ?

Dans cet article, Gilles Saint-Paul montre que la montée des bobos peut s’interpréter comme le résultat d’une évolution structurelle vers des activités liées à l’économie de la connaissance, telles que la culture, les loisirs, la conception, la recherche et les services intellectuels. Ces dernières requièrent moins d’espace que les activités traditionnelles comme l’industrie, la logistique ou la distribution, qu’on s’attend à retrouver en périphérie. L’auteur compare trois scénarios en termes de répartition urbaine des travailleurs et de conséquences sur les infrastructures de transport. Dans le premier scénario, les cadres, représentants des activités traditionnelles, occupent majoritairement les centres-villes : ils sont donc demandeurs d’infrastructures de transport efficaces permettant d’effectuer les trajets du centre à la périphérie. Cela permet d’expliquer des choix collectifs tels que voies sur berge, tunnels et axes rouges. Dans un deuxième scénario, les bobos prennent le pas sur les cadres dans les centres-villes, suite à une augmentation des salaires dans le secteur de l’économie de la connaissance. Ce nouvel équilibre politique est associé à des choix collectifs différents puisque les bobos travaillent dans un secteur qui nécessite peu d’espace et ont moins besoin d’effectuer des trajets vers la périphérie. Pour cette raison, ils sont prêts à sacrifier des infrastructures de transports et à réallouer l’espace ainsi libéré vers des usages plus récréatifs et festifs. Bien qu’ils soient moins riches, les bobos font monter le prix de l’immobilier à un niveau qui dissuade une masse critique de cadres de résider en centre-ville. Par ailleurs, dans ce scénario, le prix des services augmente parce que les travailleurs peu qualifiés spécialisés dans ces services résident en périphérie et voient leurs déplacements devenir plus pénibles et/ou plus coûteux : ils nécessitent donc une compensation pour être toujours incités à effectuer ces déplacements. Enfin, l’auteur met en évidence une troisième situation, qu’il nomme la bunkérisation. Dans un équilibre bunkérisé, les travailleurs les moins qualifiés sont installés dans le centre-ville : ils offrent leurs services aux bobos et n’ont plus besoin de se déplacer en périphérie. Le coût élevé du loyer se répercute sur le prix des services mais, contrairement au scénario précédent, le prix des services n’augmente plus avec le coût des transports. Dans ce scénario, la totalité des cadres est située en périphérie et les municipalités sont incitées à augmenter la proportion de logements sociaux et HLM. A partir de cette grille de lecture, l’auteur étudie l’évolution socio-économique des villes française au cours des vingt dernières années et les classes par niveau de boboïsation.

......................
Titre original de l’article académique : “Bobos in Paradise : Urban Politics and the New Economy”
Publié dans : PSE Working Papers n°2015-34
Téléchargement : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01213640v1

......................
© mariesacha - Fotolia.com