Paris School of Economics - École d'Économie de Paris

La science économique au service de la société

Les couples partent-ils à la retraite pour passer (vraiment) plus de temps de loisirs ensemble ?

Lien court vers cet article : http://bit.ly/2iWTnfP

Elena Stancanelli et Arthur van Soest

Les préférences individuelles pour le temps de loisirs sont considérées dans le modèle économique de référence comme un déterminant du temps passé au travail, au même titre que les contraintes budgétaires par exemple. Selon la théorie économique orthodoxe, pour les conjoints, ce sont les préférences pour les loisirs partagés qui jouent un rôle clé dans la prise de décision du couple et notamment, elles contribuent à expliquer la participation au marché du travail, les heures travaillé et aussi le choix de partir à la retraite « ensemble » (disons, plus ou moins dans la même année). Cependant, les économistes manquent de données empiriques sur ce sujet : est-il possible de savoir si les conjoints adaptent en pratique leur temps de travail et leur choix de départ à la retraite en fonction du temps de loisirs qu’ils partage(ro)nt ?

Dans cet article, Elena Stancanelli et Arthur van Soest s’appuient sur des données issues de l’enquête emplois du temps de l’INSEE portant sur la période 1998-99. Il s’agit de la première étude qui se concentre sur la manière dont les heures de loisirs partagées par les conjoints évoluent à la retraite. Celles-ci sont très détaillées et il est donc possible de tenter de quantifier les heures de temps de loisir que les conjoints partagent, avant et après le départ à la retraite, incluant une quarantaine d’activités telles que : la promenade, le cinéma, les visites faites aux proches, un dîner en famille… ou tout simplement le fait de regarder la télévision ensemble, ou encore de faire des activités de loisirs différentes au même endroit (lire un livre l’un à côté de l’autre etc.).
Les auteurs montrent que le temps de loisir du mari augmente spectaculairement après son passage à la retraite, ce qui n’est pas surprenant puisqu’il ne travaille plus. La part de temps qu’il consacre aux tâches ménagères a aussi tendance à augmenter après son départ à la retraite. Par ailleurs, sans surprise là encore, le temps de loisir partagé par les deux conjoints n’augmente quasiment pas après le départ à la retraite du mari. Les auteurs rappellent que cette situation n’est pas marginale : en effet, en France, le mari est en moyenne âgé de deux années de plus que sa femme et les modalités légales actuelles ne facilitent pas le départ à la retraite simultané des couples biactifs. Globalement, la femme continue donc de travailler lorsque son mari prend sa retraite. Les auteurs se concentrent sur le temps de loisir des conjoints lorsque l’épouse prend également sa retraite, afin d’estimer de façon approximative les complémentarités des loisirs du couple. Ils constatent que le départ à la retraite de l’épouse augmente ses heures de loisirs personnelles et augmente les heures de loisirs partagées avec son conjoint. Cependant, dans l’ensemble, E. Stancanelli et A. van Soest soulignent que l’augmentation des heures de loisirs communes au couple est plutôt modérée. En effet, selon leurs estimations, une fois à la retraite, les conjoints consacrent chaque jour entre une demi-heure et une heure environ de plus qu’auparavant à leurs loisirs communs. De nouvelles recherches seront nécessaires afin de préciser si ces ordres de grandeur sont suffisants pour envisager que les couples fondent leurs décisions d’emploi et de retraite conjointement…


......................
Titre original de l’article académique : “Partners’ Leisure Time Truly Together Upon Retirement”
Publié dans : IZA Journal of Labor Policy, June 2016
Téléchargement : https://izajolp.springeropen.com/articles/10.1186/s40173-016-0068-7

......................
© andreusK - Fotolia.com