Paris School of Economics - École d'Économie de Paris

La science économique au service de la société

Pourquoi les ingénieurs s’insèrent-ils plus vite sur le marché du travail que les jeunes docteurs ?

Lien court vers ce résumé : http://bit.ly/2no57vy

David Margolis et Luis Miotti

JPEG - 49.3 ko

La France se trouve dans une situation paradoxale sur le plan de l’insertion de ses étudiants les plus diplômés sur le marché du travail. Les élèves ayant un diplôme d’ingénieur trouvent leur premier emploi stable (CDI ou poste de fonctionnaire) plus rapidement que ceux qui ont un doctorat ; en effet, 12,9% des ingénieurs n’avaient pas trouvé un emploi stable dans les 3 ans qui suivaient la fin de leurs études, le chiffre équivalent était de 56,1% pour les docteurs – spécialité ingénieur et 52,9% pour les docteurs des autres spécialités. Il ne s’agit pas simplement d’un phénomène où les grandes écoles sélectionnent les meilleurs élèves : les docteurs qui ont obtenu un diplôme d’ingénieur avant de commencer leur thèse de doctorat mettent également plus de temps à trouver un emploi stable. Comment se fait-il que les élèves qui sont, en principe, plus qualifiés, tardent autant à s’insérer durablement sur le marché du travail, relativement aux jeunes qui font moins d’études en nombre d’années et (en principe) en « profondeur » de connaissances ?

Dans cet article, David Margolis et Luis Miotti explorent les déterminants de la vitesse d’insertion vers des emplois stables des docteurs et ingénieurs en France. En regardant les données relatives aux docteurs et ingénieurs sortis du système scolaire en 2004 et en distinguant trois sortes de docteurs (ceux qui ont déjà un diplôme d’ingénieur, ceux qui ont fait leur thèse dans le même domaine que ceux qui ont déjà un diplôme d’ingénieur, et ceux qui font leur thèse dans un autre domaine), ils arrivent à quatre conclusions principales. Premièrement, les docteurs sont moins « ouverts » aux offres d’emploi dans le secteur privé et entament leur carrière avec une série de postes temporaires (1) (des postes de professeur temporaire ou des postes de boursier post-doctoral) ; pour autant ils signent in fine un contrat dans le secteur privé plus souvent qu’ils ne souhaitaient. Deuxièmement, les docteurs se spécialisent plus souvent que les ingénieurs dans les domaines ayant une demande relativement faible, côté secteur privé ou secteur public. Troisièmement, les docteurs semblent demander des salaires supérieurs aux ingénieurs pour un poste équivalent dans le secteur privé, mais des politiques de subvention salariale ont été en mesure de contrebalancer en partie cet effet. Enfin, il y a des différences entre les caractéristiques des individus qui entreprennent une thèse relativement à ceux qui terminent leurs études par un diplôme d’ingénieur. Contrairement aux idées reçues, dans les faits les écoles d’ingénieurs ne sélectionnent pas toujours les meilleurs élèves (relativement aux élèves qui obtiennent un doctorat), que ce soit sur le plan des résultats scolaires, des caractéristiques individuelles observables ou d’autres caractéristiques inobservées.

(1) Les postes temporaires sont majoritairement dans le public mais pas toujours. La part des post-doc dans le privé varie selon le domaine d’étude.

......................
Titre original de l’article académique : « Why do French Engineers Find Stable Jobs Faster than PhDs ? » David Margolis et Luis Miotti
Publié dans : IZA DP No. 11197
Téléchargement : http://ftp.iza.org/dp11197.pdf
© Yuttana Studio - Fotolia.com