Paris School of Economics - École d'Économie de Paris

La science économique au service de la société

Salaire minimum et influence de l’immigration sur le marché du travail

Lien court vers ce résumé : http://bit.ly/2GpoMEh

Anthony Edo et Hillel Rapoport

JPEG - 25.6 ko

L’effet de l’immigration sur le marché du travail est l’une des questions les plus controversées actuellement dans le domaine de l’économie du travail. En théorie, après un choc d’offre de travail dû à l’immigration, les salaires sont censés baisser. En réalité, trois raisons empêchent la diminution des salaires : premièrement, les autochtones et les immigrants ne sont pas des substituts parfaits, c’est-à-dire qu’ils ont différents types d’éducation ou de compétences. Deuxièmement, les immigrants se répartissent sur les marchés du travail où existent des salaires élevés et des perspectives d’emploi favorables. Enfin, les « imperfections » du marché du travail (d’un point de vue théorique) comme les négociations syndicales ou les salaires minimum entraînent une rigidité des salaires.

Dans cet article, Anthony Edo et Hillel Rapoport approfondissent le sujet et examinent l’interaction entre les salaires minimums et les effets de l’immigration sur le marché du travail. Plus précisément, ils exploitent l’existence de différents salaires minimum sur les marchés du travail locaux aux États-Unis pour mesurer l’effet causal d’une augmentation du salaire minimum fédéral sur les salaires et l’emploi des autochtones. La coexistence des salaires minimum fédéraux et étatiques est spécifique aux Etats-Unis. Les différents États américains sont autorisés à fixer un salaire minimum plus élevé que le salaire minimum fédéral. Dans la pratique, certains États ont un salaire minimum plus élevé que le niveau fédéral. Ainsi, une hausse du salaire minimum fédéral n’est contraignante que pour les états dont le salaire mini qui lui est proche ou identique. Pour estimer les effets sur les salaires et l’emploi des autochtones, les auteurs appliquent une stratégie en deux étapes. La première utilise des données du panel par niveau de qualification et par Etat, pour examiner comment les changements dans les niveaux d’immigration affectent les salaires et l’emploi des autochtones au sein d’une cellule Etat-qualification donnée. Puis dans une deuxième étape, les deux auteurs comparent les États où le salaire minimum fédéral est contraignant (groupe de traitement) avec les États qui ne sont pas touchés par les changements du salaire minimum fédéral (groupe témoin) avant et après une augmentation du salaire minimum fédéral. Les auteurs mettent en lumière le fait que l’immigration a des effets négatifs mais minimes sur les salaires et l’emploi des travailleurs natifs. Ainsi, les résultats suggèrent qu’une augmentation de l’offre de travail de 10% induite par l’immigration (ce qui équivaut en moyenne à doubler le nombre de travailleurs immigrés), réduit en moyenne les salaires des travailleurs natifs de 1% et leur taux d’emploi de près de 1%. Une hausse concomitante du salaire minimum de 1 US$ a pour effet de réduire sensiblement ces chiffres à respectivement 0,3% et 0,5% démontrant que des salaires minimums élevés exercent un effet protecteur sur les salaires et l’emploi des autochtones. Les auteurs apportent de ce fait une contribution significative à l’une des questions les plus discutées non seulement en économie du travail, mais aussi en politique et dans le débat public. Ils montrent que l’immigration a un faible impact négatif sur les salaires et l’emploi des autochtones, mais plus important encore, que des salaires minimums élevés atténuent encore ces effets et protègent donc les travailleurs en place sur le marché du travail. Il est possible, cependant, qu’un niveau élevé de salaire minimum s’accompagne d’une plus grande difficulté d’intégration des immigrés sur le marché du travail.

......................
Titre original de l’article académique : « Minimum Wages and the Labor Market Effects of Immigration », Edo, Anthony and Hillel Rapoport.
Publié dans : CESifo Working Paper No. 6547, June 2017 et CEPII Working Paper 2017-12
Téléchargement : https://ideas.repec.org/p/ces/ceswps/_6547.html
© Tomasz Zajda - Fotolia.com