Paris School of Economics - École d'Économie de Paris

La science économique au service de la société

Risque d’infection, utilisation de moustiquaires et aspersion intra-domiciliaire : mieux comprendre les réactions face au paludisme en Afrique subsaharienne

Lien court vers cet article : http://bit.ly/2soWkKy

Gabriel Picone, Robyn Kibler et Bénédicte H. Apouey

JPEG - 23.4 ko

Le paludisme se transmet à l’homme par la piqûre de certaines espèces de moustiques femelles du genre Anopheles, infectées par des parasites appartenant au genre Plasmodium. Bien que des méthodes pour prévenir, dépister et soigner cette maladie existent, cette infection reste l’une des principales causes de décès des enfants en Afrique subsaharienne. Pour prévenir l’infection, le Global Malaria Action Plan recommande principalement aux habitants des zones touchées de dormir sous des moustiquaires imprégnées d’insecticide. Une autre stratégie de lutte contre le paludisme qui a fait ses preuves est l’aspersion intra-domiciliaire (AID), qui consiste à pulvériser un insecticide sur les murs des domiciles. L’AID est généralement mise en œuvre dans le cadre de campagnes qui touchent des zones prédéterminées.

Dans cet article, Gabriel Picone, Robyn Kibler et Bénédicte H. Apouey, testent d’une part si les campagnes d’AID conduisent à une baisse de l’utilisation individuelle de moustiquaires, et d’autre part si la prévalence du paludisme dans la zone de résidence a une influence sur l’utilisation de moustiquaires. En effet, l’utilisation individuelle de moustiquaires pourrait s’intensifier en cas de campagnes d’AID dans la région de résidence, les habitants considérant que ces campagnes sont un signe de l’importance de se protéger contre le paludisme. Dans ce cas, AID et utilisation de moustiquaires seraient dans un rapport de complémentarité. Au contraire, il se pourrait que les individus considèrent que les campagnes d’AID suffisent à les protéger du paludisme, et donc qu’ils utilisent moins leurs moustiquaires. Dans ce second cas, AID et moustiquaires seraient substituables. Par ailleurs, l’utilisation individuelle de moustiquaires pourrait dépendre du risque d’infection palustre. La théorie économique souligne que les comportements individuels de prévention dépendent de la prévalence de l’infection : en d’autres termes, les individus adaptent leur comportement de prévention lorsque le risque d’être atteint par une maladie varie. Le concept d’élasticité-prévalence capte ce lien entre prévalence et comportement. Si lorsque la prévalence du paludisme diminue, l’utilisation individuelle de moustiquaires baisse moins que proportionnellement (élasticité faible, comprise entre 0 et 1), alors l’éradication de la maladie sera bien moins coûteuse que si la réduction dans l’utilisation est plus que proportionnelle (élasticité forte, supérieure à 1).
Dans cet article, la prévalence du paludisme est mesurée un à deux ans avant l’utilisation individuelle de moustiquaires, et les caractéristiques des différentes zones sont prises en compte. De plus, les auteurs cherchent à éliminer le possible effet des campagnes de communication qui peuvent influencer les comportements individuels de prévention, et à corriger les éventuelles erreurs de mesure de la prévalence. Les données utilisées combinent des informations sur les comportements individuels de prévention, les caractéristiques socio-économiques des ménages, la prévalence du paludisme dans la zone de résidence, et le niveau de précipitation et de température, pour neuf pays d’Afrique subsaharienne au début des années 2010. Les analyses montrent que l’AID et moustiquaires sont dans un rapport de complémentarité. De plus, la baisse de la prévalence de l’infection engendre une diminution moins que proportionnelle de l’utilisation de moustiquaires. Si la diminution avait été plus que proportionnelle, alors la politique de réduction du risque de paludisme aurait été plus onéreuse. Ainsi, ce résultat s’avère encourageant dans le cadre des politiques de lutte contre le paludisme

......................
Titre original de l’article académique : « Malaria Prevalence, Indoor Residual Spraying and Insecticide Treated Net Usage in Sub-Saharan Africa »
A paraître dans : Journal of African Development
Téléchargement : https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2361447
© nataba - Fotolia.com