Paris School of Economics - École d'Économie de Paris

La science économique au service de la société

Une élection spéciale : voter pour le meilleur joueur de football de l’année

Lien court vers cet article : http://bit.ly/2tn3raK

Luc Arrondel et Jean-François Laslier

JPEG - 24.1 ko

L’étude du vote est depuis longtemps l’un des domaines fondamentaux de la science politique. Les élections sont un moment clé de la démocratie et de nombreux travaux académiques étudient les aspects du vote et des résultats électoraux. Les élections ne relèvent pas seulement de la science politique ; ils font depuis longtemps partie intégrante de la vie sociale et économique, car nous sommes tous régulièrement amenées à voter pour les représentants dans les entreprises, les syndicats et autres associations. Par ailleurs, avec la médiatisation de la vie quotidienne, les individus sont également de plus en plus appelés à exprimer leur point de vue sur divers sujets et personnalités de la vie publique. Les politologues ont développé une expertise approfondie sur l’étude des systèmes de vote, et cette expertise peut et doit être appliquée à l’étude de toutes sortes d’élections, y compris les élections « non politiques », et ceci pour deux raisons : premièrement, les élections « non politiques » offrent aux politologues la possibilité de tester et de valider les théories du vote et des systèmes électoraux dans de nouveaux contextes ; deuxièmement, ces élections nous permettent de déterminer les conséquences des systèmes de vote qui ne sont pas utilisés pour l’élection des législateurs ou du président.

Luc Arrondel et Jean-François Laslier (avec A. Blais, Ch. Anderson & K. Van der Straeten) ont, dans cette perspective, développé un projet consacré à l’analyse des systèmes électoraux dans un cadre non politique : voter pour le meilleur joueur de football de l’année. Pour les auteurs le sport est un contexte particulièrement utile pour examiner le comportement des électeurs. En effet, d’une part, le sport est une source énorme d’activités humaines et de divertissements ; d’autre part, ils notent que le football est le sport le plus populaire au Monde, qu’une majorité d’individus vibrent aux victoire et aux défaites de leur équipe et s’intéressent à la carrière de leurs joueurs favoris. Les auteurs ont profité de cette popularité mondiale du football et de la familiarité de la population avec le Ballon d’Or / Joueur de l’année et ont conçu leur propre étude internationale indépendante appelée « Votefoot ». Le site, votefoot.org présentait une liste de 30 joueurs de football (1) et invitait les participants à voter pour le meilleur joueur de l’année via trois systèmes différents. Tout d’abord, le « vote sur un seul nom », système dans lequel les électeurs ne désigne qu’un seul candidat, à l’image des élections parlementaires britanniques ou au Congrès Américain. Ensuite, le « vote par points » suivant lequel les votant classent leurs premiers choix (5 points), deuxième choix (3 points) et troisième choix (1 point) parmi la liste des candidats. Enfin, le « vote par approbation », dans lequel les participants peuvent exprimer leur soutien à autant de candidats que souhaités. Les votes ont été suivis d’une enquête visant à mieux connaître les participants à l’élection ainsi que leurs opinions sur le football. Au total, 4 700 électeurs de 102 pays ont participé aux élections entre novembre et décembre 2016.

Luc Arrondel, Jean-François Laslier et leurs co-auteurs ont d’abord cherché à déterminer comment le système de vote affecte les résultats. Pour ce faire, ils se sont concentrés sur les trois joueurs ayant obtenu le plus de votes (Lionel Messi, Cristiano Ronaldo et Antoine Griezmann). Lionel Messi arrive en premier, Cristiano Ronaldo en deuxième, et Antoine Griezmann en troisième dans les trois systèmes de vote. Dans cette élection, le système de vote n’a donc pas eu d’impact sur le classement, contrairement à ce qui est régulièrement observé en politique, notamment lors de l’élection présidentielle française de 2012 (Van Der Straeten et al, 2013) Les auteurs ont également observé que leur résultat était différent de celui de la compétition officielle puisque le Ballon d’Or 2016 a été attribué à Cristiano Ronaldo. Lors de ce vote officiel, les votes des journalistes ont été remarquablement homogènes, puisque le score de CR7 était beaucoup plus élevé que celui de La Pulga. L’hypothèse avancée par les auteurs est que les journalistes sont sans doute mieux informés sur les performances annuelles des joueurs- ils regardent plus de matchs, notamment en dehors de leur championnat national-, que les fans. Cependant, il est important de garder à l’esprit que les votes des journalistes (contrairement à ceux du public) ne sont pas anonymes et leur plus grande cohérence peut aussi bien être la trace d’un phénomène de collective herding, d’une « cascade informationnelle »…

(1) Les auteurs ont décidé de présenter les 30 joueurs qui avaient été présélectionnés par Football France pour le prix du Ballon d’or en 2016

......................
Titre original de l’article académique : projet votevoot.org
Téléchargement : https://votefoot.org/
© grimaldello - Fotolia.com