Paris School of Economics - École d'Économie de Paris

La science économique au service de la société

Lien, paire, rationalité : comment se forment des réseaux stables ?

lien court vers ce réumé : http://bit.ly/2nh9rjC

Philippe Bich et Lisa Morhaim

JPEG - 19.7 ko

Quel est le rapport entre Facebook, le marché du travail, ou les mariages florentins du 15e siècle ? Dans chacun de ces exemples, la notion de réseau joue un rôle central. Le lien peut prendre la forme d’une connexion « amicale », d’un accord commercial, ou encore d’un engagement marital. La théorie des réseaux pose principalement deux questions : pourquoi observe-t-on telle ou telle forme de réseau dans la société ? Comment de tels réseaux se forment-ils ? Pour répondre à la première question, une notion prédictive de forme de réseau, appelée propriété de « stabilité par paire » (1) est très largement utilisée. En fonction des préférences des agents portant sur les différentes formes possibles de réseaux, cette notion permet de prédire les formes plausibles de réseaux, compatibles avec un certain type de rationalité des agents. Plus précisément, un réseau est stable par paire si aucun agent constituant le réseau n’a intérêt seul à rompre un lien existant, et deux agents quelconques n’ont pas intérêt mutuel à instaurer un nouveau lien.

Dans cet article, les auteurs se posent la question théorique suivante : quelle hypothèse simple sur les préférences des agents garantit l’existence de réseaux stable par paire ? Ils apportent une réponse simple pour la classe des réseaux dits « pondérés », c’est-à-dire ceux pour lesquels un lien n’est pas binaire (0 ou 1), mais une relation dont la force est mesurée par un nombre entre 0 et 1. Par exemple, cette force du lien peut mesurer le temps, l’énergie ou l’argent consacré au lien. Les auteurs montrent que si les préférences des agents sont continues (une faible variation des liens ne change pas tellement les choses pour les agents) et quasi-concaves (pour simplifier, l’accroissement d’utilité qui dérive de l’augmentation d’un lien est de plus en plus faible quand ce lien augmente) alors il existe un réseau pondéré stable par paire. Ainsi, l’observation de certaine forme de réseaux pourrait s’expliquer par l’existence de réseaux pondérés stable par paire, ce qui reflèterait un certain degré de rationalité chez les agents.

(1) « Pairwise stability » en anglais, notion introduite par Jackson et Wolinsky (1996)


......................
Titre original de l’article académique : On the existence of pairwise stable weighted networks
Publié dans :Working Paper CES-Paris 1 juillet 2017
Téléchargement : https://hal-pse.archives-ouvertes.fr/halshs-01564591
© madpixblue - Fotolia.com