La science économique au service de la société

L’Initiative PSE - Environnement

PNG - 1.3 Mo

Face à l’urgence climatique, l’économie doit se transformer pour réduire drastiquement notre pression sur l’environnement, en diminuant les rejets de pollution et les atteintes à la biodiversité. L’objectif pour les économistes de PSE est de proposer des réponses à ces défis, tant pour jeter les bases d’un nouveau modèle de croissance durable en termes de production et de consommation que pour rendre la transition acceptable socialement et viable économiquement. PSE souhaite s’inscrire dans une approche économique multi-dimensionnelle de ces enjeux, intégrant plus fortement les comportements des ménages et des entreprises, en privilégiant un contexte international, et en prenant en compte les contraintes politiques et les principes d’équité qui pèseront dans l’éventail des choix possibles.

Un sujet traversé par des questions vitales

La prise en compte des externalités négatives (des dommages) de nos modes de consommation et de production qui pèsent sur l’environnement doit conduire à des politiques modifiant nos choix économiques et notre mode de vie. La demande pour une alimentation saine et une agriculture responsable ne cesse de prendre de l’ampleur dans certains pays, alors même que d’autres sont confrontés à des pénuries de denrées alimentaires. Quel est le modèle optimal et quelles sont les trajectoires les plus efficaces pour l’atteindre ? Comment mesurer les externalités pour mieux les intégrer dans les calculs économiques ? Quelles sont les politiques à mettre en place dans une économie de marché ? Quelles sont les nouvelles problématiques des énergies propres en matière de tarification et de distribution ? Un mix énergétique ambitieux à l’égard du climat entrainera une quantité importante d’actifs échoués (stranded assets). Quelles conséquences pour l’activité industrielle et la croissance économique ? Quelles réactions des acteurs et quelle compensations envisagées ? Ces questions constituent le cœur de la problématique environnementale auquel la communauté internationale fait face.

Une approche renouvelée

Ce sont nos modes de vie, l’habitat et le transport qui doivent être modifiés en profondeur ainsi que les modèles productifs à l’échelle planétaire à travers la réorganisation des chaines de valeur internationales. L’ensemble de ces questions se posent pour tous les pays avec la même urgence mais selon des modalités certainement différentes pour les pays émergents, a fortiori les pays en développement, dont il s’agit de prendre en compte les spécificités pour ne pas doubler la crise environnementale d’une crise de développement. Les traités internationaux en matière de commerce et de règles environnementales doivent permettre la coopération entre les pays, là où existent des tentations de compétition et de comportements opportunistes.

Trop souvent abordées par le prisme du modèle productif, ces transitions doivent être étudiées en remettant les ménages au centre de l’analyse. Elles seront facilitées et accélérées, voire rendues possibles, si les comportements et les préférences des consommateurs s’infléchissent pour augmenter la demande en biens et services verts, augmenter l’acceptabilité à payer les coûts de la transition, mais également saisir les nouvelles opportunités permises par ces changements. Les choix d’offre de travail seront de plus en plus guidés par la stratégie environnementale des entreprises.

L’élargissement de la problématique doit certainement aller jusqu’à intégrer aussi bien les questions d’équité inter et intra- générationnelle que les modes de délibération et de décision collectives des citoyens pour mesurer et contribuer à l’acceptabilité sociale des transitions en jeu. D’une façon analogue, le comportement des entreprises doit être compatible avec leur responsabilité environnementale appelée à devenir un des vecteurs principaux de la transition écologique.

PNG - 1.8 Mo

Une initiative immergée dans l’univers PSE

Le développement du groupe thématique Régulation et Environnement est l’un des leviers essentiels de cette Initiative Environnement, à laquelle se rattache le projet collaboratif « Société et Environnement » destiné à élargir la conversation scientifique à des chercheurs issus des sciences de l’environnement. Les collaborations avec le Cepii d’une part, avec l’IPP d’autre part, ont vocation à renforcer, dans ce domaine aussi, l’expertise de PSE dans le domaine de l’évaluation des politiques économiques. Enfin, le potentiel de recherche est amené à être encore amplifié via la création de plusieurs chaires de recherche actuellement à l’étude.